Henri Breuil

1877-1961

Les adversaires

Professeur d'ethnographie préhistorique à l'Institut de Paléontologie humaine, premier titulaire de la chaire de préhistoire au Collège de France en 1929, Henri Breuil prend connaissance de Glozel par le premier fascicule que Morlet lui adresse en septembre 1925, puis la visite qu'il lui fait à Paris en novembre de la même année. Une année plus tard, il finit par céder aux sollicitations de Morlet et de Joseph Loth et se rend à Glozel du 19 au 22 octobre. Il effectue des fouilles fructueuses et reconnaît la parfaite intégrité de la couche archéologique et l'antiquité du gisement qu'il rattache au néolithique. Il confirme immédiatement son point de vue dans une lettre à Morlet du 27 octobre 1926.
         Mais toutes les déclarations de Breuil visent ensuite à revenir progressivement sur cette première opinion pour rejoindre finalement la thèse du faux. Ce retournement par étapes passe notamment par une lettre à van Gennep du 5 novembre 1926, publiée dans le Mercure du 1er décembre 1926, puis un article de l'Anthropologie de fin 1926, une lettre à Vayson du 2 août 1927 publiée dans le Bulletin de la Société préhistorique française en 1927 et une déclaration au Congrès d'Amsterdam de l'Institut international d'Anthropologie le 26 septembre 1927.

Entête d'une lettre de Breuil à Morlet

Les adversaires