Léon Côte

1888-1966

Ouvrages

 

Emile Fradin et Léon Côte

 

Né au Mayet-de-Montagne, Léon Côte est ordonné prêtre en 1912. Après la grande guerre, il obtient une licence de Lettres classiques et enseigne à Moulins pendant près de vingt ans. C'est de là qu'il est témoin de la bruyante controverse, à travers d'abord les échos qu'en donne la Société d'Émulation du Bourbonnais dont il est membre.
         En 1945, Emile Fradin épouse sa sœur, Marie-Thérèse. Ce lien de parenté, mais aussi de profonde amitié, permet à Léon Côte d'accéder à une connaissance minutieuse de l'affaire de Glozel, dont il rend compte dans des ouvrages fondés sur une instruction solide et intelligente du dossier.
         "Passionné de littérature et d'histoire, il livre les témoignages, les faits de façon objective dans Glozel ou la Guerre des Briques, 1958, Glozel trente ans après, 1959 et Glozel authentique, 1970. Il dédie le premier

A la mémoire de Claude Fradin, paysan de France, archéologue malgré lui, combattant de la Guerre des Briques, et qui mourut sans s'être demandé
si l'archéologie des Mandarins ne serait pas une science
où l'on bafouille plus qu'on ne fouille.

         Ses chroniques montrent le sérieux des études faites à Glozel et dénoncent les manœuvres de nombreux adversaires qui ne songeaient pour la plupart qu'à une gloire personnelle." (J.-Cl. Fradin).

Ouvrages